Les "Tronches", qu'est-ce que c'est ?

Mon amour de l'hyper grand angle m'a améné à le souder à mon boitier photo...

 

Cette optique à la distance focale très courte est utilisée le plus couramment pour la photographie de paysage, et plus encore pour les paysage urbain. Si l'hyper grand angle permet de photographier de larges scènes avec peu de recul, il génère un important phénomène de distortion, qui courbe les lignes droite et exagère les perspectives.

 

C'est comme cela, qu'il y a deux ans, lors d'une soirée entre amis, il me servit à observer des visages, à les photographier. Ce phénomène de distortion optique "naturelle" appliqué au portrait donna de surprenenants résultats, vecteur notamment, de nombreux éclats de rire... C'est ainsi qu'est né "Tronches".

 

Depuis, je n'ai cessé de photographier des tronches, j'ai commencé à les collectionner...

 

Et puis, il y a quelques temps de cela, j'ai eu la chance de parcourir une très belle exposition de Mulatier lors du festival "Quai des bulles" à St Malo. Les propos de ce caricaturiste hyper-réaliste m'ont alors donné d'importants indicateurs sur le rapport entre caricature et photographie.

 

En effet, Mulatier explique qu'il a besoin de photographier de son sujet pour en réaliser la caricature. Les clichés qu'il utilise sont issus d'une pratique "classique" du portrait en photographie, utilisant des optiques aux distances focales relativement longues, permettant de restituer avec une certaine exactitude les proportions du sujet.

 

 

 

De là, il entame un travail de dessin rigoureux et méthodique, disproportionnant son sujet sous divers axes (nez, oreilles, menton, front, cou), en réalité sous autant d'axes qu'il le souhaite en fonction des caractéristique morphologique de son sujet...

 

J'ai alors appronfondi m'a réflexion sur les "Tronches" pour en conclure qu'elles étaient une forme d'expression de la caricature photographique.

 

Une pratique de la caricature sous un axe de disproportion morphologique unique, l'axe optique qu'offre l'appareil photographique, au lieu des multiples axes de disproportions que met en oeuvre le caricaturiste. Disproportioner sous un seul axe c'est la concession à faire pour caricaturer au présent, pour faire l'expérience de la caricature instantanée.

 

Pour pallier la carence de cet unique axe de disproportion morphologique, on bénéficie donc du choix de l'instant et de la capacité d'évoluer en temps réel autour de son sujet. En outre, j'ai trouvé interressant pour enrichir cette pratique d'ajouter un autre facteur de disproportion, plus morphologique cette fois, mais comportemental. Ceci à pour effet de démultiplier l'expressivité des clichés et de rendre compte du tempérament du sujet.

 

A l'heure actuelle le projet "Tronches" regroupe près de 21000 clichés et ce n'est pas fini !

 

 

 

 

 

 

>> voir aussi : Portfolio/Portrait